15 septembre 1914 : le 124e RI bloqué devant Nampcel

 

Le mardi 15 septembre 1914, par ordre du 4e CA, la 8e division d'infanterie (moins la 16e brigade qui cantonne dans la région Chevincourt/Elincourt) doit attaquer sur le front compris entre la route Tracy-le-Mont/Nampcel et la direction Ecafaut/côte 164/côte 155 vers le sud de Nampcel et Belloy.

 

 

 

 

 Fond de carte SHD Terre 26 N 109

 

 

 

 

Le 14 au soir, le 124e RI cantonnait à Quennevières et à la ferme de l'Ecafaut. Le 130e occupait Bailly. Le groupe sanitaire de la 8e DI (brancardiers et ambulance N°5) est installé à MorenvaL.

Le 124 se met en marche à 4h30 vers Nampcel. Le 3e bataillon est en tête. A 5h30, malgré la pression d'une attaque ennemie, le 124 a pu atteindre le chemin de la ferme des Loges à Puiseux mais est arrêté devant une ligne de tranchées en avant de la côte 164. Le régiment gagne le ravin allant de Moulin-sous-Touvent à la ferme des Loges et s'y rassemble vers 14h00. Vers la même heure, le 130e se porte en réserve sur Offemont.

 

Le 2e groupe du 26e RAC appuie l'action. Depuis 6h00, les batteries sont en place entre la Maison de garde du parc d'Offemont et la ferme de Quennevières. A 9h30, le groupe se déplace pour occuper une zone entre la ferme de Quennevières et celle des Loges, à cheval sur le chemin de Puisaleine. Il ouvre le feu sur les lignes de tranchées allemandes à l'ouest de Nampcel.

 

A 20h00, sous une pluie torrentielle, le 124 passe à l'attaque et se lance contre les positions ennemies établies à l'ouest de Nampcel. Tout le régiment y prend part, y compris la CHR et le Drapeau. Le 4e batterie du 26e RAC tire sur une section de mitrailleuses signalée à l'ouest de Nampcel vers la côte 158. Dès le début, les compagnies se trouvent prises sous le feu de l'artillerie et des mitrailleuses. Les hommes éprouvent de grandes peines à déboucher. Après 600 mètres de progression, ils sont stoppés et se retranchent en creusant des tranchées.

 

 

 

 

 

 

Le capitaine Le Bourgeois de la 3e compagnie disparaît dans la mêlée. Son camarade, le capitaine de Bertier de Sauvigny de la 11e compagnie succombe également à l'assaut. Depuis Ecafaut, le groupe de brancardiers relève les blessés des postes de secours régimentaires vers les ambulances de Tracy-le-Mont.

Le soir, la 15e brigade bivouaque dans le ravin. Durant trois jours, les hommes resteront cloués sur ces positions précaires. Le 124e RI ne quitera le secteur que le 19 au matin.

 

 

Sources :

 

- JMO des unités concernées dans la série SHD Terre 26 N

- Historique du 124e RI

 

 

 

 

 

 



09/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres