Francis Le Henaff

 

 

 

Né le 22 avril 1885 à Plouaret.

Mobilisé au sein du 248e RI composé en majorité des classes 1903 à 1907 et commandé par le colonel Poirrier. Le régiment quitte Guingamp le 9 août 1914 et connaît son baptême du feu à Mogimont le 22 août.

Le 8 septembre, le 248e est engagé dans la bataille de la Marne notamment à Sommesous. A la mi-septembre, il occupe ses premières tranchées dans la région Moulin de Souain/ferme des Wacques. A partir de la fin décembre, le 248e RI occupe et organise le front entre Souain et Perthes-les-Hurlus. C'est un secteur sous bombardement continuel de toute sorte. Tous les jours, des mines explosent sous les positions françaises et ensevelissent de nombreux soldats sous des tonnes de gravats.

Le 25 février 1915, le sergent Francis Le Henaff se distingue une première fois en allant secourir des blessés tombés près des lignes allemandes au cours d'une attaque de nuit sur les tranchées sud et est du bois Sabot. L'action est déclenchée à 3h15. Très vite, les mitrailleuses allemandes bloquent net toute avance. Des fils de fer empêchent le franchissement. Cloués au sol, les hommes en peuvent plus bouger. Certains commencent à amorcer un mouvement de recul sur les tranchées de 1ere ligne. Le colonel en informe la brigade qui ordonne alors de regagner les positions de départ : « L'attaque n'ayant pas réussie, les troupes reprendront les emplacements d'hier ». Peu après 4h00 du matin, les bataillons du 248e se replient en bon ordre.

 

 

 

 

 

 

Le 29 mai 1915 il est atteint de quatre blessures à la suite de l'explosion d'une mine et est cité pour son courage. Il obtient ce jour là la Médaille Militaire et la Croix de Guerre. La mine éclata à 23h45. Les 2 sections qui s'étaient retirées revinrent au pas de course et se remirent à reconstituer le parapet sous la fusillade.

 

Après un séjour en hôpital militaire, Francis Le Henaff est affecté au 48e RI à la fin de l'année 1915. Il rejoint la 6e compagnie du 2e bataillon. Le régiment est alors en Argonne dans le secteur du Four de Paris/La Harazée.

Puis ce sera Verdun en mars/août 1916, la Champagne en septembre 16/janvier 1917, la Somme en mars 1917, Moronvillers en avril/mai 17, la côte 344 à Verdun en septembre/octobre 17 puis les Hauts de Meuse jusqu'en mars 1918.

En juillet/août 1918, le 48e RI participe à la contre offensive sur la Vesle. La 6e compagnie de Francis Le Henaff perd son chef, le capitaine Emile Ollivier tué le 23 juillet 1918 en atteignant la voie ferrée de Plessier-Huleu dans l'Aisne. Le lieutenant Liboudan le remplace.

 

 

 Fond de carte géoportail

 

 

 

Le 2 août 1918 la poursuite commence sur l'axe Fontaine-aux-Chênes/Violaines. Le 48e RI talonne l'ennemi qui se retire en direction de La Vesle. L'objectif du régiment reste La Ferme La Siège et l'éperon 144. A 17h00, les hommes arrivent à la lisière est du parc du château de Muret et des Crouttes.

 

 

 

Fond de carte géoportail 

 

 

 

Le 3 août 1918, par suite des difficultés rencontrées par le 71e RI, le 48e RI est amené à déboucher en tête de la division par Violaines sur la côte 144. le 2e bataillon occupe les hauteurs boisées au nord de la côte 144 poussant des éléments avancés jusqu'à la Vesle. Les allemands opposent une vive résistance sur la Vesle qu'il est impossible d'aborder de jour. Francis Le Henaff est blessé une seconde fois assez gravement. Il y perdra la jambe droite mais survivra au conflit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Maryse, la petite fille de Francis Le Henaff, pour avoir mis à notre disposition ses documents familiaux.

 

Sources :

 

- Historiques des 48e et 248e régiments d'infanterie

- JMO des unités concernées SHD Terre dans la série 26 N

 

 

 

 

 

 

 

 



16/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres