Le chef de bataillon Gaston Sonnet

  

 

 

 

 

Né le 22 janvier 1868 à Cossé-le-Vivien. Sorti du Lycée de Laval en 1886. Engagé volontaire pour 5 ans à la mairie de Laval au titre de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr le 27 octobre 1887. Promotion "De Tombouctou".

Nommé sous-lieutenant au 70e RI le 1er octobre 1889. Lieutenant le 15 décembre 1891. Capitaine le 2 avril 1900. Passé au 160e RI le 7 avril 1901, puis au 115e RI le 10 août 1905. Chef de bataillon au 125e RI le 23 décembre 1913.

 

Les premiers éléments du 125e RI quitte Poitiers le 5 août 1914. Gaston Sonnet commande le 1/125.

Le 24, le régiment est engagé à Réméréville. A son arrivée dans le village, le 125e est accueilli par les obus ennemis qui éclatent à la sortie sud. Le 1er bataillon, qui marche en tête de colonne, se porte vers le nord de la côte 305 du bois de Faux et se heurte très rapidement à des tranchées organisées sur les pentes qui descendent du bois. Une vive fusillade se déclenche et fauche les rangs. Le 1/125 réussit pourtant à s'approcher à 100 mètres de la lisière du bois de Faux mais doit s'y retrancher bloqué par le feu ennemi. La fusillade cesse vers 21h00. Les troupes passent la nuit sur le terrain.

 

 

 

Extrait de carte in "Les Marais de Saint-Gond", Charles Le Goffic, Plon 1916

 

  

 

Le 8 septembre 1914, l'unité est lancée dans la bataille de la Marne. Les 1er et 3e bataillons prennent positions au nord de Connantray.

Le mercredi 9 septembre, le régiment est maintenu sur les hauteurs au sud-est d'Oeuvy, près de la Fére-Champenoise, en réserve d'armée. Les hommes creusent des tranchées à l'est du village. Dès 5 heures du matin, un violent bombardement écrase les positions françaises.

Vers 7 heures, c'est un déluge de feu qui s'abat sur les positions du 1/125. Les pertes sont importantes notamment à cause des obus de gros calibre. Le chef de bataillon Gaston Sonnet succombe à ce bombardement.

 

Son corps repose aujourd'hui au sein de la Nécropole Nationale « Fére-Champenoise » N°1743.

 

 

 

 

Citation :

« A obtenu dans les premiers combats livrés par le régiment le meilleur rendement de son bataillon auquel il avait communiqué sa bravoure et son entrain. S'est distingué tout particulièrement les 24 et 25 août. Le 9 septembre a donné pendant plusieurs heures l'exemple du plus grand calme et d'un mépris complet du danger sous un feu des plus violents d'artillerie et d'infanterie restant toujours à l'endroit le plus exposé. A été tué d'un éclat d'obus ».

Croix de guerre avec palme.

 

 

Sources :

 

  • Historique du 125e RI

  • Fiche matricule AD de la Mayenne

  • JMO des unités concernées SHD Terre dans la série 26 N

 

Merci à Daneck pour la photographie de la sépulture du Commandant Sonnet.



09/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres