31 août 1914 : disparition de Louis Sauvage

  

 

 

  

 (AD de la Mayenne E-dépôt 96/1253)

 

 

 

 

Voici deux documents glanés aux Archives Départementales de la Mayenne qui nous éclairent sur la procédure d'annonce aux familles des disparitions de soldats par la Croix Rouge française. Le cas de louis Sauvage intervient plus d'un an après son décès supposé. L'avis est adressé au maire de Laval.

 

Louis Sauvage est né le 23 janvier 1893 à Bignon. Il est de la classe 1913 et se trouve donc naturellement sous les drapeaux à la déclaration de guerre. Il appartient au 117e régiment d'infanterie du Mans (15e brigade, 8e division).

Après l'engagement de Virton du 22 août 1914, c'est la retraite qui commence pour la 8e DI. Le 117e RI est lancé dans de nombreux combats d'arrière-garde pour finalement passer la Meuse à Dun.

A partir du 30 août, la mission est de résister à outrance sur les positions avant de passer à l'offensive en direction du nord. Le 117 se porte de Romagne à la lisière nord des bois de Bantheville, prêt à contre-attaquer. La progression est lente compte tenu de la fatigue et de la chaleur accablante. Le régiment prend du retard dans les bois, puis atteint à 15h00, Montigny-devant-Sassey. Il exécute son approche par la grande tranchée de crête à l'ouest de la route Villiers/Montigny. Le village est tenu par l'ennemi. Le régiment engage alors 4 compagnies par les lisières sud. Un batterie d'artillerie venue en soutien à l'est de la côte 303 appuie son action. A la tombée du jour, le 117 tient la portion sud de Montigny.

 

 

 

 

Fond de carte SHD Terre 26 N 109

 

 

Dans la nuit du 30 au 31 août 1914, de fortes colonnes ennemies débouchent de Saulmory et marchent vers Montigny. L'artillerie est dans l'impossibilité de trouver des positions efficaces de tir dans la zone Montigny/Mont-devant-Sassey/Villiers-devant-Dun pour contre-battre les pièces allemandes. La canonnade est de plus en plus violente. A 15h00, le 117 lutte toujours désespérément dans Montigny qui flambe depuis midi. Les troupes sont écrasées par les obus explosifs.

Les hommes de la 8e DI, abandonnées à leur sort, lâchent pied peu à peu. A 16h00, le 117 se voit obligé de dégarnir Montigny et se replie progressivement sur Villiers. Des corps à corps sanglants s'engagent dans les bois. Le 117e RI y laisse un grand nombre de ses hommes. Les compagnies qui tenaient Montigny y sont restées encerclées, détruites ou prisonnières.

Le régiment est disloqué. Il perd au cours de ces journées, 15 officiers et plus de 1000 hommes.

Louis Sauvage est l'un deux. Ce n'est que par un avis du 30 juillet 1915 que ses proches apprendront officiellement la nouvelle. Celle de sa mort avérée puis celle de son inhumation par les troupes allemandes à Montigny.

 

 

 

 

 

(AD de la Mayenne E-dépôt 96/1253)

 

 

Sources :

 

- AD de la Mayenne E-dépôt 96/1253

- JMO des unités concernées (celui du 117e RI ne débute qu'à la date d'octobre 1914) dans la série 26 N

 



28/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres